Jungle Cruise

Après Pirates des Caraïbes ou Le manoir hanté et les 999 fantômes, Jungle Cruise rejoint la liste des films tirés des attractions des Parc Disney. Prôné comme film d'aventures à mi-chemin entre Indiana Jones et Benjamin Gates, l'histoire suit les pas de l'intrépide et malicieuse chercheuse Lily Houghton. Accompagnée de son frère, celle-ci quitte la capitale britannique pour explorer la jungle amazonienne à la recherche d'un remède miraculeux, guérissant tous les maux. Pour la guider dans cette entreprise, elle engage Franck Wolff, un capitaine doté d'un sens de l'humour douteux et d'un goût pour le mensonge avéré. Au fil de leur périple, sous la beauté des paysages d'Amazonie, ils vont devoir affronter de nombreux dangers, réels ou surnaturels, pour mener à bien leur quête : la découverte d'un arbre aux pétales magiques.

Sous des aspects d'El Dorado, la quête se transforme en une aventure palpitante portée par un duo dont la complicité reste remarquable. Emily Blunt troque ses habits de Mary Poppins pour celui d'une exploratrice au tempérament bien trempé : toujours juste dans ses interprétations, elle apporte au personnage une verve bienvenue et rompt les codes de l'héroïne trop souvent malmenée par ses congénères masculins. A ses côtés, Dwayne Johnson remplit le contrat, sans pour autant faire de son personnage un héros aussi emblématique que Jack Sparrow. Du côté des personnages secondaires, le frère de Lily, interprété par Jack Whitehall semble à l'aise dans le rôle du bourgeois élégant et raffiné, mettant en avant une homosexualité qui, si elle n'apporte rien au récit, aura le mérite d'être évoquée et plutôt novatrice. Les rivaux du trio, quant à eux, sont nombreux, mais leur rôle est loin de sortir des sentiers battus...

La bande des conquistadors maudits est plutôt de bonne facture, laissant place à des instants très intenses dévoilant la tragédie liée à leur destin. Malgré tout, pour eux comme pour l'ensemble, le gros point sombre du film reste son traitement graphique : alors que la beauté de la jungle amazonienne aurait pu permettre de livrer des décors somptueux, le recours aux effets spéciaux altère considérablement la qualité visuelle du long-métrage. Certaines scènes manquent de fluidité et de netteté, gâchant, un tant soit peu, le plaisir de l'aventure tandis que d'autres traînent en longueur ; l'humour répétitif ne faisant plus d'effets à un certain stade du périple. Reste une bande-originale plutôt agréable qui rythme avec entrain et frénésie les étapes de cette odyssée amazonienne.

Sans révolutionner le genre du film d'aventures à la Disney, Jungle Cruise se démarque avant tout par ses têtes d'affiche charismatiques. Cependant, malgré un budget considérable, il déçoit par un traitement trop facile et manque de prise de risque dans l'élaboration de son histoire : en somme, un film dépaysant et familial, et c'est peut-être tout ce qu'on lui demande.